Les mutations « monstrueuses » du genre. La formation de soi dans l’œuvre d’Édouard Louis

Maxim Delodder

Résumé


L’analyse s’intéresse aux textes d’Édouard Louis à travers le prisme de deux approches de « genre ». D’abord, on introduit le roman d’apprentissage, ou le Bildungsroman, qui raconte l’histoire d’un héros en quête de sa place dans le monde. Ensuite, la problématique du genre littéraire se joint à celle du genre dans le sens de gender. Partant de la théorie de la performativité de Judith Butler, nous envisageons le parcours d’un personnage de fiction comme une recherche de la performance de genre non-problématique. Édouard échappe à la masculinité ouvrière et bourgeoise, en passant par un stade d’homonormativité. Nous suggérons que la performance la plus efficace est celle qui va à l’encontre de la normativité hétérosexuelle, autrement dit, celle du « monstre ».

Mots-clés


Bildungsroman ; genre ; transpédégouine ; queer ; Édouard Louis ; homonormativé ; masculinité

Texte intégral : PDF

DOI: 10.7203/HYBRIDA.2.20602

Références


Achille, E. (2019). Village People : Petits blancs et discours néo-réactionnaire dans En finir avec Eddy Bellegueule d’Édouard Louis. Romance Notes, 59(1), 173-184. https://doi.org/10.1353/rmc.2019.0015

Arvers, F. (2019, 9 avril). Édouard Louis : « Le Comité Adama fait apparaître ce que la société invisibilise ». Les Inrockuptibles. https://www.lesinrocks.com/2019/04/09/actualite/actualite/edouard-louis-le-comite-adama-fait-apparaitre-ce-que-la-societe-invisibilise/, consulté le 30 juin 2020.

Bettcher, T. M. (2014). Trapped in the Wrong Theory : Rethinking Trans Oppression and Resistance. Signs : Journal of Women in Culture and Society, 39(2), 383-406. https://doi.org/10.1086/673088

Blanckeman, B. (2017a). En commencer avec Édouard Louis. Nord’, 70(2), 151-155. https://doi.org/10.3917/nord.070.0151

Blanckeman, B. (2017b). De Jean Genet à Édouard Louis. La gay pride du récit de soi français masculin. Dans J-F. Hamel, B. Havercroft et J. Lefort-Favreau (dirs.), Politique de l’autobiographie. Engagements et subjectivités (pp. 357-373). Nota Bene.

Bourcier, S. (2014). Cinquante nuances de genre (et de sexes) ou plus ? Les genres en action. Entre karaoké de la différence sexuelle et politiques multisexgenrées. Dans G. Leduc. Comment faire des études-genres avec de la littérature. Masquereading (pp. 61-75). L’Harmattan.

Bourcier, S. (2017). Homo Inc.orporated. Le triangle et la licorne qui pète. Cambourakis.

Bourcier, S. (2018). Queer Zones. La trilogie. Amsterdam.

Butler, J. (2016). Défaire le genre (2004, M. Cervulle (trad.)). Amsterdam.

Butler, J. (2017). Trouble dans le genre (Gender Trouble). Pour un féminisme de la subversion de l’identité (1990, coll. « Poche : Sciences humaines et sociales », C. Kraus (trad.)). La Découverte.

Connell, R. (2014). Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie (M. Hagège et A. Vuattoux (éds.)). Amsterdam.

Dalibert, M. (2018). En finir avec Eddy Bellegueule dans les médias. Entre homonationalisme et ethnicisation des classes populaires. Questions de communication, 33(1), 89-109. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.12153

Duggan, L. (2002). The New Homonormativity: The Sexual Politics of Neoliberalism. Dans R. Castronovo et D. D. Nelson (dirs.), Materializing Democracy. Toward a Revitalized Cultural Politics (pp. 175-194), Duke University Press. https://doi.org/10.1215/9780822383901-007

Gefen, A. (2021). L’Idée de la littérature. De l’art pour l’art aux écritures d’intervention. Corti.

Gomolka, CJ. (2019). (Don’t) Call Me Queer: Transpédégouine, the Global Gay, and the Logics of Western ‘Liberty’. Contemporary French Civilization, 44(4), 417-443. https://doi.org/10.3828/cfc.2019.22

Hugueny-Léger, E. (2017). Violence, sexualité et construction de soi dans En finir avec Eddy Bellegueule d’Édouard Louis. Dans J-F. Hamel, B. Havercroft et J. Lefort-Favreau (dirs.), Politique de l’autobiographie. Engagements et subjectivités (pp. 299-318). Nota Bene.

Jost, F. (1969). La tradition du Bildungsroman. Comparative Literature, 21(2), 97-115. https://doi.org/10.2307/1769939

Lorenzi, M-E. (2017). « Queer », « transpédégouine », « torduEs », entre adaptation et réappropriation, les dynamiques de traduction au cœur des créations langagières de l’activisme féministe queer. GLAD ! 2. http://journals.openedition.org/glad/462

Louis, E. (2015). En finir avec Eddy Bellegueule (2014, éd. Poche). Points.

Louis, E. (2016). Histoire de la violence. Seuil.

Louis, E. (2018). Qui a tué mon père. Seuil.

Louis, E. (2021). Combats et métamorphoses d’une femme. Seuil.

Meizoz, J. (2014). Lettres contrariées et batailles de voix après Vallès : Calet, Ernaux, Cherpillod, Louis. Autour de Vallès, 44, 235-252.

Morel, G. (2015). Un autre genre. À propos d’En finir avec Eddy Bellegueule d’Édouard Louis. Savoirs et clinique, 18(1), p. 77-83. https://doi.org/10.3917/sc.018.0077

Preciado, P.B. (2020). Je suis un monstre qui vous parle. Grasset.

Rossi, R. (2015). Écrire le roman du sujet minoritaire : Le cas d’Édouard Louis. Between, 5(10). https://doi.org/10.13125/2039-6597/1700


Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.