La « féminitude » de Calixthe Beyala : négociation identitaire, entre négritude et féminisme


Résumé


Cet article se concentre sur la notion de « féminitude », développée par l’écrivaine franco-camerounaise Calixthe Beyala dans Lettre d’une Africaine à ses sœurs occidentales, en associant les notions de « négritude » et de « féminisme ». On montrera que Beyala promeut un féminisme qui essentialise à la fois les femmes et les Subsahariens, ces deux groupes qui auraient, d’après l’autrice, un rapport sensible et intuitif au monde, par opposition avec le féminisme occidental que Beyala juge trop intellectualisant. Ensuite, nous analyserons deux romans, Le Petit Prince de Belleville et Maman a un amant pour comprendre les spécificités des problématiques féministes qui se posent aux personnages d’immigrées subsahariennes en France : Maryam doit accepter une organisation misogyne de la famille pour avoir le droit symbolique d’appartenir à la communauté immigrée. Si elle refuse cette organisation, elle court le risque d’être exclue et de perdre ses enfants. Enfin, nous étudierons les lacunes du dialogue avec le féminisme occidental incarné par Mme Saddock.


Mots-clés


Calixthe Beyala; féminisme; négritude; écriture de la migration; interculturalité

Texte intégral :

PDF

Références


  • Alfaro, M. (2020). Calixthe Beyala ou la quête de la féminitude dans les essais Lettre d’une Africaine à ses sœurs occidentales et Lettre d’une Afro-française à ses compatriotes, in M. Alfaro , S. Sawas & A. B. Soto (dir.) Xénographies féminines dans l’Europe d’aujourd’hui (pp. 81-97). Peter Lang.

  • Beauvoir, S. de (1949). Le Deuxième sexe. Gallimard (Collection Blanche).

  • Beyala, C. (1995). Lettre d’une Africaine à ses sœurs occidentales. Spengler.

  • Beyala, C. (1999 [1993]). Maman a un amant. J’ai lu.

  • Beyala, C. (2000). Lettre d’une Afro-française à compatriotes. Mango.

  • Beyala, C. (2001 [1992]). Le Petit Prince de Belleville. J’ai lu.

  • Beyala, C. (2003). Femme nue, femme noire. Albin Michel.

  • Cazenave, O. (2003). Afrique sur Seine. L’Harmattan.

  • Chanda, T. (2003, juillet-sept.). L’écriture dans la peau. Entretien avec Calixthe Beyala. Sexualité et écriture. Notre Librairie, 151, 40-44. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6492804p/f42.item

  • Crenshaw, K. W. (1989). Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Fe­minist Critique of Antidiscrimination Doctrine, Feminist Theory and Antiracist Politics. University of Chicago Legal Forum, 1, 139-167. http://chicagounbound.uchicago.edu/uclf/vol1989/iss1/8

  • Dorlin, E. (2008). Black Feminism. Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000. L’Harmattan (Collection Bibliothèque du féminisme).

  • Gervais, J-B. (1995). Calixthe Beyala : Africaine et rebelle. Amina, 304, 16-24.

  • Glissant, E. (1997). Traité du Tout-Monde. Gallimard (Collection Blanche).

  • hooks, b. (2015 [1986]). Ne suis-je pas une femme ?  (Traducteur Potot, O.). Cambourakis.

  • Kom, A. (1996, janvier-mars).  L’univers zombifié de Calixthe Beyala. Cinq ans de littératures 1991-1995. Notre Librairie, 125, 64-71. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6493308x/f66.item

  • Irigaray, L. (1997). Ce Sexe qui n’en est pas un. Les Éditions de Minuit (Collection Critique).

  • Picq, F. (1993). Libération des femmes : les années mouvement. Le Seuil.

  • Rosello, M. (1998). Declining the Stereotypes. Ethnicity and representation in French Culture. University Press of New England.

  • Sow, F. (2012). Mouvements féministes en Afrique. Revue Tiers Monde, 209(1), 145-160. https://doi.org/10.3917/rtm.209.0145


Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.



Creative Commons License
Les textes de la revue sont, sauf indication contraire, publiés sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License